LE PRINTEMPS DES POETES 2023

affiche-frontiere_Plan de travail 1.png

PROGRAMME :

  • Concours de poésie illustrée sur le thème : FRONTIERES :
    Les poèmes sont à envoyer entre le 23 janvier et le 23 février 2023 (Règlement du concours ci-dessous)
  • Exposition des poèmes illustrés du 13 mars au 30 avril et remise des prix le mercredi 15 mars 2023 à 17h
  • Théâtre "Andromaque" de Jean Racine, mise en scènes Robin Renucci, création pour les Tréteaux de France, produit par La Criée, théâtre national de Marseille/Centre dramatique national - mardi 14 mars, à 20h30, salle des fêtes -
    plus d'info, cliquez ICI

Plus d'information ultérieurement 


Ci-dessous le formulaire pour envoyer son poème et son illustration ⬇️ ⬇️ ⬇️

Le service culturel a lancé son premier concours de poésie illustrée en 2021 suite à plusieurs interdictions d’accès aux lieux culturels en raison de la covid 19. Il a choisi de se greffer au temps fort de la poésie : Le Printemps des Poètes sur le thème du DESIR. L’année suivant L’EPHEMERE fut une belle source d’imagination pour les poètes de la France entière et de l’étranger. Les poètes ont donnés de beaux fruits avec des jeux de mots, des fables, des proses, des haïkus et des rimes.
Le succès de ces deux dernières années ont donné envie au service culturel de continuer à promouvoir la poésie avec un concours de poésie illustrée sur le thème proposé par Sophie Nauleau, Directrice artistique du printemps des poètes depuis 2017. FRONTIERES sera le thème pour l’édition 2023.
Sophie Nauleau écrivaine française née en 1977 à Toulouse, Docteur en littérature française, diplômée de l’école du Louvre et productrice de radio sur France Culture a choisi pour la 25ème édition : FRONTIERE. « Après L’Ardeur, La Beauté, Le Courage, Le Désir puis L’Éphémère, j’avais en tête un intitulé libre et fantaisiste. Pas forcément féérique, mais sans équivoque ni férocité. Un mot qui en appelle à la félicité et à l’imaginaire. Jusqu’à ce que la tragédie guerrière s’abatte sur l’Ukraine. Que l’histoire des frontières, des conflits et des territoires, revienne cadenasser nos consciences. Tourmenter nos esprits. » (suite de l’édito sur printempsdespoetes.com)